Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Babemba Traoré, grande figure de la résistance anticoloniale

Babemba Traoré est le fils de Mansa Daoula Traoré, fondateur au XVIIIe siècle du royaume sénoufo du Kénédougou, dans la région de Sikasso (actuel Mali), qui régna de 1845 à 1860.

À la mort de Mansa Daoula Traoré, c’est son frère Daouda Traoré qui règne jusqu’en 1862.

Ensuite, Il est détrôné par N’Golo Kounanfan Traoré.

En 1866, à la mort de N’Golo Kounanfan Traoré, Tiéba Traoré, fils de Mansa Daoula Traoré, prend les rênes du Royaume.

L’histoire de Babemba Traoré

Mansa Douala, Traoré était le père de Tieba Traoré, de Babemba (Bangaly Traoré) et de Sillatequi Traoré et d’autres. Tieba Traoré était le plus jeune frère de Babemba Traore et de Sillatequi Traoré.

  • La direction de l’actuelle Guinée
  • Et la direction de l’actuelle Burkina Faso

Après la guerre, après le retour du calme et le retour à Kenedougou, les deux frères aînés ont entrepris un nouveau voyage pour l’agriculture dans deux directions différentes:

Ainsi, ils laissèrent Tieba Traoré le plus jeune à la maison avec sa mère, la plus jeune des épouses.

Tiéba Traoré

Tiéba Traoré
Tiéba Traoré

Tieba Traoré devint ainsi responsable de la maison familiale avec sa mère.

Mais, réalisant que sa mère n’était pas heureuse à Duru, il parti au pays de sa mère, à Sikasso, au Mali.

Là, il a été chaleureusement accueilli par ses oncles et sa famille maternelle.

En raison du statut de la famille, il a été reçu à la tête de la dynastie des Traoré et la ville de Sikasso est devenue le nouveau siège des Traoré.

Il est devenu un guerrier intrépide qui défend son peuple.

En effet, il a construit une force puissante à Sikasso et plus tard ‘’le Tata’’ (le mur) lorsqu’il a appris que Samory Touré et ses hommes passaient par Sikasso.

soldat

Ces derniers sont arrivés à Sikasso en route pour un assaut à outrance. Samory demanda à la population de Sikasso de lui donner 43 hommes et 43 femmes pour apporter son matériel de guerre et sa nourriture sur le champ de bataille.

Et là, Tieba Traoré et ses hommes refusèrent catégoriquement, car ils étaient prêts à combattre.

Le Tata des Traoré

En effet, Samory Touré et ses hommes ne pouvaient pas passer le Tata (le mur) car il était fortifié et toute tentative aurait pu provoquer un bain de sang.

Samory Touré décida alors de tenter sa chance en attendant au Mamelon avec ses hommes.

Et là, ils ont survécu grâce aux graines de fruits.

Les graines sont devenues des arbres et font partie de l’histoire de Sikasso.

Samory Touré n’a pas pu pénétrer la ville de Sikasso à cause du mur. La population avait déjà mis en application toutes ses connaissances de tout ordre, s’assurant ainsi de garder le contrôle de la ville de Sikasso.

Finalement, aucune guerre n’a eu lieu entre Samory Touré et Tieba Traoré.

Les Français

Quand les Français étaient sur le point d’étendre leur règne à Sikasso, ils ont convoqué une réunion avec Tieba Traoré à Ségou.

Après la réunion, le commandant des forces françaises a proposer de ramener Tieba Traoré à Sikasso. Ce dernier a décidé qu’il n’était pas dans son intérêt de laisser le commandant revenir.

Les forces de Sikasso tuèrent le commandant français, ce qui conduit à la première confrontation totale entre Tieba Traoré et les Français.

Les forces françaises ont été vaincues lors de la première attaque et certaines ont été tuées.

Leurs tombes se trouvent à Sikasso.

Alors, les Français ont décidé de se regrouper pour attaquer Sikasso pour la deuxième fois.

Et, c’est lors de cette deuxième attaque que Tieba Traoré perdu la vie, mais nous n’avons aucun détails sur sa mort.

Le retour de Babemba

Babemba Traoré

Son frère Babemba était du côté de la Guinée quand il a appris la guerre et la mort de Tieba Traoré .

Alors, secrètement, il quitta sa famille sans aucun détail quant à sa destination.

Pendant le séjour de Babemba à Sikasso, les Français prirent la décision finale de prendre le contrôle complet de la ville de Sikasso.

C’est à cette époque que Bambemba et les forces armées de Tieba eurent à défendre la ville.

Mais avec de lourds canons, les Français ont réussi à faire sauter le Tata (le mur) pour entrer dans la ville de Sikasso.

Et là, c’est devenu un véritable bain de sang.

Babemba (Bangaly Traoré) a dit à ses hommes qu’il ne serait pas capturé et traité comme un esclave.

Il demanda à l’un d’eux de lui tirer dessus lorsqu’il s’est rendu compte qu’il n’y avait pas moyen de s’en sortir.

En effet, il décida de se suicider, préférant la mort à la honte.

Ce geste et la résistance qu’il oppose à l’armée coloniale font de lui un personnage emblématique de l’histoire du Mali.

Samory Touré a été capturé en septembre de la même année, marquant ainsi la fin effective de la résistance de l’Afrique de l’Ouest à la domination française.

De nos jours

inauguration

Pour rendre hommage aux héros anticoloniaux, le ministère de la Culture a dédié deux monuments dans la ville de Sikasso aux rois du Kénédougou Tiéba Traoré et son frère Babemba Traoré, grandes figures de la résistance anticoloniale.

En plus de cet hommage à ces deux grands résistants à la pénétration française, une Maison de la muraille défensive de Sikasso a été inaugurée.

La Maison de la muraille défensive de Sikasso s’inscrit dans le cadre de la réhabilitation de certains pans du Tata.

Elle vise à mettre à la disposition des chercheurs nationaux et internationaux, des étudiants et touristes, des informations sur cet illustre ouvrage, plein de significations non encore suffisamment explorées, sur les sites associés et d’autres institutions du patrimoine telles le Musée régional, le Centre de recherche pour la sauvegarde et la promotion de la culture sénoufo “Wu Nirè” (une structure privée).

Et également, la Maison du Tata vise à améliorer le répertoire des biens culturels matériels et immatériels du Mali et à promouvoir l’offre touristique de la ville de Sikasso.

Voir Aussi: L’empire du Mali

S'il vous plaît suivez et "aimez" nous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *