Conte du Mali de Ousmane Diarra – La méchante coépouse

Conte du Mali de Ousmane Diarra – La méchante coépouse

Dans ce conte du Mali, il était une fois un roi qui avait une première femme, et vint à en épouser une seconde. Lorsqu’arriva cette deuxième femme, la première ne put le supporter, et s’en alla trouver les marabouts. Ceux-ci par leurs maléfices, finirent par transformer la jeune femme en hyène, et celle-ci partit dans la brousse.

La marâtre dit à l’aîné des enfants que sa mère était devenue folle. Cependant, à la nuit tombée, la mère venait derrière les maisons, et parlait avec sa fille :

  • Arabadièkè, ma fille, dors-tu ?
  • Non, non je ne dors pas !
  • Il y a des arachides dans le grenier en as-tu donné à ton frère ?
  • Il y a de la crème dans la petite gourde en as-tu donné à ton frère ?
  • Ma méchante co-épouse m’a transformée en hyène. Oh la la !

Puis elle retournait dans la brousse. Cela dura longtemps, longtemps.

La révélation

Cependant une petite vieille finit par s’apercevoir du manège, et s’en alla trouver le roi:

  • Roi, lui dit-elle, on dit que la mère de tes enfants est devenue folle ; mais elle n’est pas devenue folle du tout, c’est sa co-épouse qui a lancé contre elle des maléfices et l’a transformée en hyène.
  • Quoi ?
  • Parfaitement !

Alors le roi chargea son fusil et monta sur le toit d’une grande maison, et attendit. À la nuit tombée, l’hyène arriva :

  • Arabadièkè, ma fille, dors-tu ?
  • Non, non je ne dors pas !
  • Il y a des arachides dans le grenier, en as-tu donné à ton frère ?
  • Il y a de la crème dans la petite gourde en as-tu donné à ton frère ?
  • Ma méchante co-épouse m’a transformée en hyène. Oh la la !

Quand elle voulut s’en aller, le roi sauta du toit de la maison et l’attrapa. Il s’en alla la montrer à sa femme.

  • N’est-ce pas toi, lui dit-il, qui est responsable de cela ? N’est-ce pas le résultat de tes maléfices ?

Alors, il déchargea sur elle son fusil et la tua. Et au moment même où il tuait la marâtre, l’hyène perdit sa forme animale et redevint la jeune femme qu’elle était auparavant.

Là où j’ai pris ce conte, je le remets.

Contemoi

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :