Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Soumaoro Kanté, le Roi-Sorcier et Balla Fasséké le Griot

Pendant que loin du pays natal, le fils de Sogolon faisait ses premières armes, le Manding était tombé sous la domination d’un nouveau maître, Soumaoro Kanté, le Roi de Sosso.

Quand l’ambassade envoyée par Dankaran Touman arriva à Sosso, Soumaoro exigea que le Manding se reconnaisse tributaire de Sosso;

Balla Fasséké trouva à la cour de Soumaoro les délégués de plusieurs autres royaumes. 

Avec sa puissante armée de forgerons le roi de Sosso s’était rapidement imposé à tout le monde.

Après la défaite du Wagadou et du Diaghan, personne n’osa plus s’opposer à lui.

Armée de forgerons
Soumaoro Kanté et son armée de forgerons

Soumaoro descendait de la lignée des forgerons Diarisso, qui ont apprivoisé le feu et appris aux hommes le travail du fer.

En effet, longtemps le Sosso était resté un petit village de rien. Et le puissant Roi du Wagadou était le maître du pays. Et, petit à petit le Royaume de Sosso s’était agrandi aux dépens du Wagadou et maintenant les Kanté dominaient leur ancien maître.

Soumaoro Kanté, le Roi Sorcier

Comme tous les maîtres du feu, Soumaoro Kanté était un grand sorcier.

La puissance de ses génies était terrible, c’était à cause de ces derniers que tous les rois tremblaient devant lui.

En effet, il pouvait lancer la mort sur qui il voulait. Il avait fortifié le Sosso avec une triple enceinte.

Soumaoro Kanté, le Roi intouchable

Et au milieu de la ville, s’élevait son palais qui dominait les paillotes des villages.

En plus, il s’était fait construire une immense tour de sept étages. Et il habitait au septième étage au milieu de ses génies (fétiches). En effet, c’est pourquoi on l’appelait le « Roi intouchable ».

Soumaoro laissa retourner le reste de l’ambassade, mais il retint Balla Fasséké.

Il menaça de détruire Niani si Dankaran Touman ne faisait pas sa soumission.

Effrayé, le fils de Sassouma fit aussitôt sa soumission et il envoya même au Roi de Sosso sa soeur Nana Triban.

Le Griot Balla Fasséké

Un jour que le roi était absent, Balla Fasséké arriva à s’introduire jusque dans la chambre la plus secrète du palais.

En effet, celle-la où Soumaoro abritait ses fétiches.

Quand il eut poussé la porte, Balla fut cloué de stupeur devant ce qu’il vit :

  • Les murs de la chambre étaient tapissés de peau humaine;
  • Il y en avait une au milieu de la salle sur laquelle le roi s’asseyait ;
  • Autour d’une jarre, neuf têtes de morts formaient un cercle;
Chambre secrète de Soumaoro Kanté

Lorsque Balla avait ouvert la porte, l’eau de la jarre s’était troublée et un serpent monstrueux avait levé la tête.

Balla Fasséké, qui était aussi versé dans la sorcellerie récita des formules et tout dans la chambre se tint tranquille.

Ainsi, le fils de Doua continua son inspection :

  • Il vit au-dessus du lit, sur un perchoir, trois hiboux qui semblaient dormir ;
  • Au mur du fond, étaient accrochées des armes aux formes bizarres :
    • Des sabres recourbés,
    • Et des couteaux à triple tranchant.

Il regarda attentivement les têtes de morts et reconnut les neuf rois tués par Soumaoro.

Et à droite de la porte, il découvrit un grand balafon, grand comme jamais il n’en avait vu au Manding.

Instinctivement, il bondit et alla s’asseoir pour jouer du xylophone :

  • Le griot a toujours un faible pour la musique, car la musique est l’âme du griot.

Il se mit à jouer. Jamais il n’avait entendu un balafon aussi harmonieux.

La mélodie enchanté du Griot

A peine effleuré par la baguette, le bois sonore laissait échapper des sons d’une douceur infinie.

En effet, c’étaient des notes claires, pures comme la poudre d’or.

Sous la main habile de Balla, l’instrument venait de trouver un maître.

Le balafon enchanté

Il jouait de toute son âme. Et toute la chambre fut émerveillée.

Comme par satisfaction, les hiboux somnolents, les yeux mi-clos se mirent à remuer doucement la tête.

Tout semblait prendre vie aux accents de cette musique magique :

  • Les neuf têtes de morts reprirent leur forme terrestre, elles battaient des paupières en écoutant le grave « air des Vautours » ;
  • Et de la jarre le serpent, la tête posée sur le rebord, semblait écouter.

Balla Fasséké était tout heureux de l’effet de sa musique sur les habitants extraordinaires de cette chambre macabre.

Mais, il comprenait bien que ce balafon n’était point comme les autres.

En effet, c’était celui d’un maître-sorcier.

Le Roi Soumaoro était seul à jouer de cet instrument :

Après chaque victoire, il venait chanter ses propres louanges ; jamais griot n’y avait touché.

Le grand sorcier et le griot

En effet, toutes les oreilles n’étaient pas faites pour en entendre la musique.

Soumaoro était en rapport constant avec ce xylophone.

Et aussi loin qu’il se trouvât, il suffisait qu’on y touchât, pour qu’il sût que quelqu’un s’était introduit dans sa chambre secrète.

Le roi n’était pas loin de la ville ; il accourut vers son palais et monta au septième étage.

Mais, Balla Fasséké entendit des pas précipités dans le couloir.

Soumaoro Kanté

Se ruant dans la chambre, sabre au poing, Soumaoro rugit :

Qui est là… ? C’est toi, Balla Fasséké !!

Le roi écumait de colère ; ses yeux rouges comme des braises ardentes reniflaient puissamment.

Mais sans perdre son sang-froid, le fils de Doua sur un changement de note improvisa une chanson au roi :

Le voilà, Soumaoro Kanté.
Je te salue, toi qui t’assieds sur la peau des rois.
Et je te salue, Simbon à la flèche mortelle.
Je te salue, ô toi qui portes des habits de peau humaine.

Cet air improvisé plut énormément à Soumaoro.

Jamais il n’avait entendu de si belles paroles.

La Force du Griot

Les rois sont des hommes : ce que le fer ne peut contre eux, la parole le fait.

Les rois aussi sont sensibles à la flatterie :

Ainsi, la colère de Soumaoro tomba, son coeur se remplit de joie, il écoutait attentivement cette musique suave :

Je te salue, ô toi qui portes des habits de peau humaine.
Oui, je te salue, toi qui t’assieds sur la peau des rois.

Balla chantait et sa voix, qui était belle, faisait la joie du roi de Sosso.

  • Qu’il est doux de s’entendre chanter par quelqu’un d’autre, dit le roi.

Balla Fasséké, tu ne retourneras plus jamais au Manding car tu es, à partir d’aujourd’hui, mon griot.

Ainsi, Balla Fasséké, que le roi Nare Maghan avait donné à son fils Soundjata, fut ravi à celui-ci par Dankaran Touman.

Et maintenant c’était le Roi de Sosso, Soumaoro Kanté qui, à son tour, ravissait le précieux griot au fils de Sassouma Bérété.

La guerre devenait ainsi inévitable entre Soundjata Keîta et Soumaoro Kanté.

Sources: Le mandingue

S'il vous plaît suivez et
error

3 pensées sur “Soumaoro Kanté, le Roi-Sorcier et Balla Fasséké le Griot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *