L’Empire du Mali ou Empire Manding

L’un des plus vaste empire qu’ait connu l’Afrique noire et des plus considérables qui aient existé dans le monde, a été l’Empire Manding ou Mandé. Ou, pour employer le nom que nous ont légué les historiens et géographes arabes, et qui n’est autre que la forme peule du mot « Mandé », l’Empire du Mali ou Melli.

L’Empire du Mali est un État africain qui a existé entre les XIIIe et XIVe siècles en Afrique de l’ouest.

Le Manding (ici dans la région de Siby) est le berceau de l’Empire du Mali

Il était composé de territoires s’étendant de l’océan Atlantique à la grande boucle du Niger. En fait, sur l’est de la Guinée, le Sénégal, une grande partie du Mali et le sud de la Mauritanie.

Sa capitale est difficile à localiser, certains historiens la situent dans l’est guinéen à Niani, d’autres pensent que la capitale était itinérante.

Fondé par les Mandingues (ou Malinkés) l’Empire du Mali est un grand producteur et exportateur d’or vers l’Afrique du Nord musulmane et l’Europe.

Sa période la plus prospère est le XIVe siècle.

Origine du nom

Le Manding ou Mandé est au départ un petit royaume. (Une des nombreuses chefferies du Haut Niger). Royaume dont la capitale était, vers le début du VIIe siècle, le village de Kangaba

Ses habitants portent, selon la variante dialectale considérée, l’un des noms de  Mandenga , Mandinga ou Mandingo.

Et de là vient « Manding » comme nom de pays et «Mandingue » comme nom de peuple. Mais ils sont appelés par les Peul, Malinké.

Forme que l’on a adoptée communément pour désigner les Mandingues proprement dits et leur langue, réservant l’appellation de «-Mandingues » ou «-Mandé » à l’ensemble de la population dite Ouangara par les Arabes.

Création de l’empire du Mali par Soundiata Keita

L’histoire de l’Empire du Mali, est connue par les écrits de géographes ou voyageurs arabes. Ceux qui ont parcouru ou recueilli des informations sur la région du XIIe au XIVe siècle.

En effet, les légendes locales maliennes ou les chroniques rédigées par les lettrés installés dans la boucle du Niger au XVIe siècle, sont également une source de renseignements.

Pour le moment, les recherches archéologiques n’ont fourni que des résultats peu probants.

L’empire du Mali a été fondé au début du XIIIe siècle par le mandingue Soundiata Keita.

Les habitants de la région appellent leur pays Manden.

Soundiata Kéita, fondateur de l’Empire du Mali

L’histoire de Soundiata Kéita vous donnera les détails de son accession au pouvoir et de son règne.

Rappelons juste ici qu’après avoir destitué Soumaoro Kanté le Roi Sorcier, Soundiata Keita prend le pouvoir. Et qu’en 1240, il attaque l’Empire du Ghana, détruit sa capitale et intègre le pays dans son empire.

Ce qui lui permet de s’emparer des riches gisements d’or du Bambouk (au Sénégal).

Soundiata Keita conquiert alors tous les royaumes de la région qu’il unifie pour former l’Empire du Mali. Il est proclamé « Mansa » ce qui signifie « Roi des rois ».

Organisation sous le règne de Soundiata Kéita

Il met en place une organisation administrative et militaire.

La population est répartie en 30 clans :

  • 16 clans d’hommes libres;
  • 4 clans de Griots;
  • 5 clans Maraboutiques,
  • Et 5 clans d‘artisans.

Pour que ces clans vivent pacifiquement ensembles, Soundiata Keita a mis au point un système d’assistance amicale entre les clans (système dit de la parenté à plaisanterie ).

C’est à cette époque qu’a été mise en place la charte du Manden ou charte de Kouroukanfouga. Qui, rejette l’esclavage, déclare l’égalité entre les hommes, refuse la guerre…

Il met en place deux gouvernements militaires au Nord à Soura et au Sud à Sankaran. Il établit la capitale de l’Empire à Niani.

Après ces conquêtes, le règne de Soundiata Keïta est connu pour être une époque de paix, de prospérité et de liberté. Ceci à la suite de la proclamation de la Charte du Manden.

L’Empire du Mali regroupait alors des populations issues de différentes ethnies (Malinkés, Bambaras, Wolofs, Toucouleurs).

Soundiata Keita meurt vers 1255.

Les successeurs de Soundiata Keïta

À la mort de Soundiata Keita, plusieurs de ses fils lui ont succédé :

Ouali Mansa wullen (vers 1255 – vers 1270), Ouati (vers 1270 – vers 1274), Khalifa (vers 1274 – vers 1275).

Ensuite, c’est Abu Bakr (Abubakar I) (vers 1275 – 1285), petit-fils de Soundiata Keita qui prend le trône.

Après la mort de ce dernier, Sakoura, qui ne fait pas partie de la lignée des Keita, s’empare du trône. Il règne pendant 15 ans, de 1285 à 1300 pendant lesquels il va consolider l’Empire.

À sa mort, les descendants de Soundiata Keita retrouvent le pouvoir avec Gao (vers 1300-1305). Puis, le fils de ce dernier, Mohammed ibn Gao (vers 1305-1310), enfin son neveu Aboubakri II (vers 1310-1312).

Aboubakry II

Aboubakri II est devenu célèbre en lançant deux expéditions pour connaître les limites de l’océan.

En effet, Ibn Fadl Alla Al Omari rapporte qu’Aboubakry II aurait d’abord équipé deux cents « navires » en vue d’explorer l’autre rive de l’océan Atlantique ; dont aucun équipage ne serait revenu.

Puis il en affréta deux mille autres dont il prit le commandement, mais ne revint jamais de son expédition.

La tradition malinké le considérant alors comme mort, ce qui en justifia la succession. En l’occurrence, par son fils Kankou Moussa ou Kangou Moussa ou encore KanKan Moussa.

Liste des Rois après Soundiata Kéita
  • Soundiata Keita (1240-1255)
  • Ouali Keita (1255-1270) son fils ;
  • Ouati Keita  (1270-1274) son frère ;
  • Khalifa Keita  (1274-1275) son frère ;
  • Abu Bakr (1275-1285) son neveu ;
  • Sakoura (1285-1300)
  • Gao (1300-1305), fils de Ouati ;
  • Mohammed ibn Gao (1305-1310) son fils ,
  • Aboubakri II (1310-1312) petit-fils de Soundiata.

Organisation de l’empire du Mali

L’empire est en fait un regroupement de différents royaumes, soumis à l’autorité de l’empereur le « Mansa ».

L’Empire du Mali était une confédération constituée des états tributaires et des provinces.

Sur le plan politico-administratif

Les provinces étaient dirigées par des gouverneurs appelés Farins ou Farba, et il y avait un Vizir, qui assumait les fonctions de premier ministre.

L’empereur était secondé par un conseil des anciens (chefs militaires, civils et marabouts).

Toutes les décisions politiques et administratives étaient prises en conseil.

Il n’y avait pas de règles précises de succession au pouvoir, tantôt c’était le frère, tantôt le fils du souverain défunt qui succédait.

Mais bien souvent un guerrier prestigieux accédait au pouvoir.

L’administration est formée de ministres spécialisés aux compétences bien délimitées et de secrétaires chargés des relations écrites avec le monde musulman.

L’armée de l’empire aurait regroupé 100 000 hommes. Elle est composée d’une aristocratie à cheval accompagnés d’archers ou de lanciers. Et chaque province devant fournir un contingent.

Différentes ethnies composent la population de l’empire :
  • Aux côtés des nomades sahariens (Mesufa, Berbères, Touaregs);
  • Et des nomades sahéliens (Fulbe, Peuls);
  • On trouve des agriculteurs (Tukuloor, Soninke, Songhay, Wolof et Mandingues).

Sur le plan économique

Les Mandingues sont des cultivateurs, ils confient leurs troupeaux aux Peuls qui sont des éleveurs.

L’empire bénéficie des riches gisements d’or du Bambouk (déjà exploités pendant l’empire du Ghana).

Le Mali commerce avec l’Afrique du Nord à travers le Sahara.

Il exporte de la Cola, de l’Or et du Sel (le roi a le contrôle exclusif des pépites d’or).

Les villes de TombouctouDjenné sont des villes commerçantes prospères.

Le Mali a fondé sa puissance sur le contrôle du commerce entre la zone équatoriale et le Nord.

Sur le plan religieux

Il n’y avait pas de religion officielle.

L’empereur était musulman, mais la plupart des personnes vivant au Mali étaient animistes.

La noblesse mandingue est islamisée mais admet la coexistence avec l’animisme qui reste fort parmi les paysans.

Le peuple acceptait l’Islam de l’empereur comme un attribut de sa force magique.

De son côté, l’empereur n’a jamais eu la volonté de convertir à la population.

La charia n’est introduite qu’au XIVe siècle.

Histoire de l’Empire du Mali

L’empire du Mali dure environ trois siècles. Il y aura plusieurs dizaines de souverains successifs.

Dix sept sont connus entre 1255 et 1400 :

Leur règne ne dépasse pas vingt ans, certains ne règnent qu’un an.

Comme vue plus haut, ils sont généralement des successeurs de Soundiata Keita.

Le Roi Kankou Moussa

Le plus célèbre d’entre eux est Kankou Moussa  (aussi appelé Kango Moussa, Kankan Moussa ou Mansa Moussa).

Il règne de 1312 à 1337.

La Grande mosquée de Djenné – Patrimoine mondial de l’Humanité.

C’est un grand bâtisseur (il fait construire la mosquée de Tombouctou) et attire de nombreux savants arabes sur les rives du Niger.

C’est sous son règne que l’Empire du Mali atteint son apogée : de l’Adrar des Ifoghas à l’estuaire de Gambie.

Fabuleux plérinage

En 1324, il effectue un pèlerinage à la Mecque dont la tradition et les sources arabes garderont le souvenir des fastes :

Accompagné de milliers de sujets, il aurait emporté tellement d’or, et répandu de si grandes quantités de poudre d’or (environ 10 tonnes), que le cours du métal précieux aurait baissé pendant plusieurs années. Ce qui va déstabiliser pour une dizaine d’années l’économie des régions qu’il traverse.

Une certitude est que sa générosité a frappé les esprits.

Kankou Moussa revient au Mali accompagné de plusieurs hommes de science et de culture dont Abou Ishaq es-Sahéli. Originaire de Grenade, il a été l’architecte de la Mosquée Djingareyber construite en 1328 à Tombouctou.

Le Roi Kankou Moussa meurt sans doute en 1337.

Les successeurs de Kankou Moussa et le déclin de l’Empire du Mali

Plusieurs empereurs se sont succédé :

Mansa Maghzen (1337-1341), Mansa Souleymane, frère de Mansa Moussa (vers 1341-1360), son fils Tassa (vers 1360), Mari Diata II, fils de Mansa Maghan (vers 1360-1374), son fils Moussa II (vers 1374-1387), Magha II (vers 1387-1389), et l’usurpateur Sandaki (vers 1389-1390).

Après la mort de Mansa Souleymane, des querelles de successions affaiblissent l’Empire.

Il est attaqué par les Royaumes Mossi, les Touaregs, qui brûlent Tombouctou en 1431. Puis le Songhaï, qui fait sécession en 1464.

Cela n’empêche pas le développement du commerce, porté par les Dioulas.

Et non plus, une extension territoriale réorientée vers le sud, le Mali poussant vers la côte les Ashanti. Et annexant au milieu du XVIe siècle Begho, principale ville au sud de la savane située dans ce qui est aujourd’hui la région Brong Ahafo.

De la fin du XVe siècle au XVIIe siècle, L’Empire du Mali se réduit peu à peu à ses dimensions d’origine.

Liste des Rois après Kankou Moussa
  • Kanga Moussa (ou Kouta Moussa) (1312-1337)
  • Maghan (1337-1341), son fils ;
  • Mansa Souleymane (1341-1360), son oncle frère de Kanga Moussa ;
  • Kassa (1360), son fils ;
  • Mari Diata II (1360-1374) fils de Maghan ;
  • Moussa II (1374-1387) son fils ,
  • Maghan II (1387-1389) son frère
  • Sandaki (1389-1390) épouse la mère des précédents
  • Mahmud (1390-1400), descendant de Gao ;
  • Mansas inconnus (1400-1546) dont:
    • Moussa III ;
    • Mansa Ouali II ;
    • Mamadou Ier (vers 1481 -1496) ;
    • Mamadou II (vers 1496 1559).
    • Mansa inconnus (vers 1559-1590) Nani Mansa Mamadou (vers 1590-1610)

S'il vous plaît suivez et
error

3 pensées sur “L’Empire du Mali ou Empire Manding

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *