Conte du Mali, Le rire du phacochère

Le lion est le roi des animaux. Il est juste et bon.

Mais voici qu’un jour, la Reine Mère mourut.

Les funérailles

A ses funérailles, le lion convoqua tous ses sujets.

Que tu aies envie de pleurer, il fallait pleurer.

Que tu n’aies pas envie de pleurer, il fallait obligatoirement verser des larmes.

La hyène était là, qui pleurait abondamment.

L’éléphant, le grand éléphant était là, qui versait des larmes abondantes.

Le phacochère était là, qui hurlait de douleur.

Bref,tous les animaux étaient là.

Tous les animaux ? Non, il en manquait un.

Un qui se prenait pour le plus malin des animaux, avec ses oreilles grandes comme des éventails !

C’est le phacochère qui le remarqua. Et le phacochère d’aller dire au roi, en pleurant davantage :

  • Majesté ! Oh Altesse ! Regardez bien.
  • Moi, je suis là, en train de pleurer la mort de la Reine Mère.
  • L’éléphant, le grand éléphant est là, en train de pleurer la mort de la Reine Mère.
  • La grande girafe est là, en train de pleurer la mort de la Reine Mère ;
  • Même la petite pintade est là, en train de pleurer la mort de la Reine Mère.
  • Mais il y a quelqu’un qui n’est pas venu ; et ce dernier, est content que notre Reine Mère bien aimée soit morte. Voilà, j’ai dit !

Le lion devint aussitôt furieux et rugit :

  • Mais qui cela peut-il être ? Dis-le-moi tout de suite !
  • Mais le lièvre, majesté ! Le petit lièvre ! Il est content que notre Reine Mère bien aimée soit morte !

Le lion devint encore plus furieux. Il rugit de nouveau :

  • Donc, le petit lièvre, il est content que ma mère soit morte !
  • Le petit lièvre me trouvera ici.
  • Qu’on aille le chercher tout de suite ! Qu’on me l’amène mort ou vif !
Le Lièvre

La petite pintade est l’amie du petit lièvre. La petite pintade profita du brouhaha pour s’envoler à tire-d’aile. Elle alla voir le lièvre et lui dit :

  • Petit lièvre, le phacochère t’a dénoncé auprès du roi. Si tu ne fais pas quelque chose tout de suite, tu seras mangé cru !

Le petit lièvre remercia son amie en lui disant :

  • Devance-moi chez le roi. Tu verras comment je vais me tirer de cette affaire. Car moi, c’est moi !

Le petit lièvre alla prendre son tambour, et le voici qui arriva à la cour du roi. Il joua de son tambour et chanta :

  • La pintade, la petite pintade chante la mort de la Reine Mère.
  • Mais, regarde, mon roi.
  • Regarde bien le phacochère. Il a les dents dehors, c’est lui qui rigole !
  • Le grand éléphant ! Même le grand éléphant est en train de pleurer la mort de la Reine Mère.
  • Mais regarde, majesté ! Regarde bien le phacochère. Il a les dents dehors. N’est-ce pas lui qui se moque de toi ?

Le lion regarda le phacochère qui, tirait ses lèvres pour essayer de cacher ses défenses
mais n’y arrivait pas. On se dérobe diffcilement à sa nature !…

  • Petit lièvre, dit le lion en maugréant, répète ta chanson, viens la répéter dans mon
    oreille !

Le lièvre vint s’agenouiller face au lion pour répéter sa chanson. Il pleurait. Ses larmes étaient sincères :

  • Regarde le phacochère. Il a les dents dehors… !

Le lion pensa qu’effectivement, c’était le phacochère qui se moquait de lui !

Il bondit sur lui, le griffa, le mordit jusqu’à lui arracher tous les poils.

Voilà pourquoi les vieux phacochères, même de nos jours, n’ont pas de poils sur leur peau.

Conte du Mali

S'il vous plaît suivez et

4 pensées sur “Conte du Mali, Le rire du phacochère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *