Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Esclavage des noirs: Au Ghana, un sculpteur en commémore les 400 ans

Des sculptures de centaines de visages d’hommes et de femmes victimes de l’esclavage. Ceci pour marquer les 400 ans du début du commerce transatlantique des Noirs, l’esclavage des noirs.

L‘œuvre est de l’artiste ghanéen Kwame Akoto-Bamfo.

Il a placé ses sculptures à Ada Foah. Le lieu a été un marché majeur des esclaves au 19e siècle alors que la région était sous domination britannique.

“J’espère capturer une expérience et laisser cet art déclencher un dialogue sur qui nous sommes en tant que peuple africain. Qui nous étions avant et où nous allons. Et en particulier avec quelque chose comme la traite négrière transatlantique, la traite subsaharienne et le racisme qui a résulté de cette atrocité.”

Je pense que la meilleure façon de célébrer ces 400 ans est de regarder ce que ces gens ont à faire. Et d’honorer les rêves de ces gens que nous avons perdus…

Akoto-Bamfo explique avoir fait évoluer son art. Naguère, il choisissait des portraits du passé pour saisir certains traits.

Maintenant, sa méthode est plus aléatoire pour saisir l’Afrique dans son ensemble.

“Auparavant, je choisirais un modèle particulier en fonction de l’apparence. Puis de ce que j’avais dans la tête et de ce que je voulais dépeindre. Mais au fil des ans, j’ai décidé de réduire l’idéalisme qui prévalait dans le travail, dans le récit et les personnes représentées”.

Nos Ancêtres – L’esclavage des noirs

L’artiste estime que la meilleure façon de se souvenir des ancêtres est de respecter leurs descendants.

“Je pense que la meilleure façon de célébrer ces 400 ans est de regarder ce que ces gens ont à faire. Honorer les rêves de ces gens que nous avons perdus. Et rêver qu’ils étaient des êtres humains. Qu’ils avaient des droits, et que leurs descendants devraient continuer avoir des droits et être considérés comme faisant partie des citoyens du monde”.

Lancé en 2010, son projet continue de croître et de s‘étendre à travers les continents. L’une de ses œuvres est déjà exposée au Mémorial pour la paix et la justice en Alabama, aux États-Unis.

Source: Africanews

Voir: La mulâtresse Solitude de Guadeloupe

S'il vous plaît suivez et
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *