Les Candaces, Reines noires d’au-delà du Nil

Les Candaces, au 3e siècle av. JC, le royaume de Koush, entité prospère et fantasmée d’une longévité étonnante, située au sud de l’empire égyptien antique, est à son apogée dans le domaine de la métallurgie et est dirigé par des reines: Les Candaces.

En effet, Selon les historiens Hérodote, Strabon, et Diodorous nous avons la preuve de l’existence de reines-guerrières en Afrique. (Méroé). 

Les reines portaient le nom de Candace. Un titre qui passa de reine en reine pendant de nombreuses années (500 ans). 

Le mot est une transcription du méroïtique « ktke » ou « kdke » , ce qui signifie « reine-mère. »

La venue au pouvoir des Candaces est facilitée par le culte très présent du Dieu Amon.

L’Omniprésence des femmes dans la culture

En effet, on sait que depuis toujours les membres du clergé d’Amon ont compté parmi leurs rangs des femmes.

Et aussi que la Nubie, se veut être à la base la première société matriarcale. On l’observe dans toutes les couches de la société.

Et cela y compris dans les cérémonies royales.

Taharqa Sarê

On le voit par exemple au couronnement du Pharaon Taharqa Sarê. Il fit venir sa mère Abar. Et elle apparaît dans la scène de la première stèle de l’an 6, derrière le Pharaon Taharqa reçu par le dieu Amon.

Au Temple du Gebel Barkal construit par Atlanarsa sur un pylône fût écrit:

  • Le nom de sa mère,
  • De son épouse
  • Et le nom de sa fille Yeturow…  

Cette omniprésence des femmes de cour dans les documents et cérémonies officielles était liée à leur poids politique.

Pendant cette période (Méroitique), les Nubiens (koushites) ont cherché à s’émanciper du modèle égyptien dirigé alors par les lagides (les grecs).

Ils ont su garder dans le domaine religieux et politique les principes de base propres aux peuples noirs.

Rite Candaces

On retrouve ainsi à travers les titres sacrés (Sa-Rê, Neb-tawy et n-swt-bit). Ces titres étaient attribués aux reines Candaces. Et nous y voyons des similitudes avec ceux des pharaons égyptiens.

Parmi les plus célèbres Reines guerrières il y avait:

  • Ahotep
  • Et Arsinoe II & III .
  • Ainsi que toutes les descendantes de la Maison de Koush.

Elles régnaient. Elles commandaient leurs armées et leurs flottes navales pendant l’ère de l’intrusion romaine.

En ce qui concerne Ahotep et les preuves de sa haute considération:

Son fils Ahmosis a écrit sur sa stèle à Karnak:

À celle qui a accompli les rites, pris soin de l’Egypte et veillé sur ses troupes. Elle les a protégé. Et a ramené ses fugitifs et rassemblé ses déserteurs. Elle a pacifié la Haute-Égypte et chassé les rebelles.

——————

Les Candaces, Reines Noires

Alors, sur un territoire chevauchant l’Ethiopie et le Soudan actuels, se tient un royaume recouvert de kilomètres de terre noire et fertile, de temples monumentaux et de pyramides gigantesques.

Ce pays, aurait été la demeure de Tsippora, femme de Moïse. Ainsi que celle des descendants de Salomon et de MakédaReine de Saba. De là, vient aussi une lignée de grandes souveraines guerrières.

Ces nouvelles reines sont des adoratrices du dieu Amon, dieu donneur de vie.

Elles lui érigent des temples.

Ces reines choisissent elles-mêmes leurs époux. Elles règnent sur le foyer, les troupeaux et les guerriers. Et se construisent des résidences à la hauteur de leur grandeur.

Guerrières Candaces

Ces Candaces, au pouvoir politique comparable à celui des Pharaons, sont redoutées pour leurs stratégies militaires et leur caractère farouche.

Grandes tacticiennes de combat, elles arpentent les champs de batailles, galvanisant leurs troupes faces aux armées ennemies et aux groupes d’envahisseurs étrangers.

Les reines Candaces furent de véritables chefs des armées, jouissant d’une forme de liberté égale à celle de l’homme. 

Cela étonnait beaucoup le monde des Européens, qui, dans leur société patriarcale, n’offrait pas une grande place aux femmes.

Chronologie des Candaces

Candace

La première Candace à marquer l’histoire fit reculer Alexandre le Grand et sa horde de guerriers en Ethiopie en 332 avant JC.

Bien assise sur son immense éléphant de guerre, elle attend le conquérant macédonien aux frontières de l’Ethiopie.

Lorsque celui-ci arrive, il stoppe net et observe au loin la Reine Noire sur sa monture.

Derrière elle, s’étend à perte de vue, une brillante formation militaire.

Alexandre le Grand est subjugué. La Candace le défie d’avancer et de faire sien ce pays qui lui est étranger.

Ils s’observent des heures durant, nul ne voulant quitter ses positions.

À la tête de ses troupes, la reine attend, impassible.

Elle est prête à mener bataille et à l’emporter, au péril de sa vie.

À son grand étonnement, elle voit le camp adverse rebrousser chemin.

Le Roi macédonien, l’un des plus grands conquérants du monde, décide donc de conduire ses troupes loin du Pays de Koush.

Pendant près de 500 ans, des femmes redoutables se succédèrent au pouvoir, chassant leurs ennemis et stoppant toute tentative d’invasion.

Certaines marquèrent l’histoire plus que d’autres.
Reine Candace

En 30 avant JC, La Candace Amanirenas a vaincu une invasion de Patronius, un gouverneur Romain d’Egypte et a saccagé la ville de Cyrène.

L’une des Candaces, (Amanishakhete) se retrouva sur les champs de bataille à la tête de son armée. Ella repoussa César Auguste, envahisseur de l’Égypte qui souhaitait en faire autant pour l’Éthiopie (Koush).

Le courage et la bravoure de la reine impressionnèrent grandement César. Strabon nous raconte que “César-Auguste donna entière satisfaction à la délégation que la reine Candace lui avait mandatée.”

Une des plus grandes reines guerrières de l’Antiquité était la Candace Majaji. Elle dirigeait le groupe ethnique des Lovedu qui faisait partie du Royaume de Koush. C’était pendant les longs siècles ou les Kushites étaient en guerre contre Rome.

Les Candaces dans la Bible

La bible aussi nous relate la présence des Candaces.

Dans les “Actes des Apôtres” (chapitre 8, versets 26 à 28), l’apôtre Philippe relate sa rencontre avec un Éthiopien. Un homme puissant à la cour de Candace, Reine des éthiopiens, intendant de tous ses trésors qui était venu à Jérusalem (…)”

apôtre Philippe rencontre avec un Éthiopien

Cette société matrilinéaire basée sur le culte d’Amon prend toute son ampleur quand Boutana ville située au sud du pays devient son centre névralgique, sa capitale.

Ce changement d’état est facilité par une demande grandissante du peuple.

La Reine Hatchepsout à fait retracer sur les murs d’un temple d’Amon (pyramide Beg. No 6 de Méroé) qu’elle a fait construire, l’expédition qu’elle avait envoyée à Pount (ville nubienne).

Expédition au pays de Pount
Expédition au pays de Pount

On peut y voir la reine candace Aminishakhete. Son obésité affichée est signe de sa prestance et de son haut rang dans le domaine social et politique.

Fin de l’empire

L’Empire cessa d’exister en 350 avant J.C. quand Méroé, le centre de pouvoir de Koush, tomba après les nombreux assauts des Romains.

Armée d’un bouclier et d’une lance, Majaji commandait ses guerriers dans des batailles.

Elle serait  tombée dans la cité de Méroé qu’elle a défendu jusqu’à la mort.

Ainsi, le Royaume de Koush sombra à jamais. Attendant patiemment que le monde découvre sa grandeur et la magnificence de ses Candaces.

En 937 AD Judith, une reine Falasha, a attaqué Axum. La capitale sacrée d’Ethiopie, tuant tous les habitants de cette ville y compris les descendants de Salomon et la Reine de Saba.

Nous savons que, sur une période de 1250 ans (se terminant en 350 CE), le Royaume de Koush a prospéré comme une civilisation unique qui est restée profondément africaine.

Voir: Shenoc

S'il vous plaît suivez et
error

Une pensée sur “Les Candaces, Reines noires d’au-delà du Nil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *